12ème défaillance 

La justice brille par son bavardage sur le détail de l’attentat du jour ou sa répression « exemplaire »  qui ne règle rien. Ces questions en réalité échappent complètement aux juges, parce que les juges ne sont pas élus du peuple. Et ne lui doivent pas de comptes. Ni des résultats.

 

Solution :

TERRORISME : IMPLIQUER LES JUGES EN AMONT DES INVESTIGATIONS

Le terrorisme conjugue deux catégories de données : la psychiatrie et la géopolitique. Les juges actuels sont radicalement incompétents dans l’une de ces deux matières.

Par-delà les réponses policières, de renseignement, d’interprétariat et d’expertise, de psychiatrie etc…le terrorisme doit être traité par les juges en aval, mais aussi en amont, par la connaissance réel du terrain. Un terrain dont par l’élection, ils proviendront.

Bénéfice attendu : un meilleur traitement et suivi des dossiers terroristes pour un démentiellement plus efficace des filières.